Ce site propose de réunir les connaissances relatives aux adjuvants aluminiques des vaccins qui ont des effets extrêmement délétères sur la santé des enfants du monde entier, provoquant très probablement l’épidémie catastrophique de troubles du neuro-développement (Troubles du spectre autistiques, TDAH…)

« La société en vient à ignorer la connaissance qu’elle produit »

Mathias Girel, directeur du département de philosophie de l’École normale supérieure

Peut-on faire confiance aux industriels pour dire la vérité sur l’impact de leurs activités sur la santé publique ? Au vu des multiples scandales sanitaires qui émaillent notre Histoire, cela paraît peu rationnel.

Ces industries ont mis en place depuis un siècle une « manufacture du doute et de la controverse » dans l’unique but de protéger leurs produits phares, et de camoufler les connaissances sur le danger de ces produits : cigarette, amiante, pesticides, perturbateurs endocriniens, médicaments (Vioxx, Thalidomide, Distilbène, Médiator…), plomb/mercure/aluminium… cette liste aura-t-elle une fin, un jour ?

Dans ce but, elles ne reculent devant rien.

Elles manipulent la science et fabriquent des « faits alternatifs » dans le but de détruire la connaissance, de fabriquer une fausse controverse, avec le soutien des autorités sanitaires, financées majoritairement par ces industries. Un gain de temps synonyme de profits financiers… au prix de la santé publique et de notre avenir commun, notamment par la destruction de notre sécurité sociale.

Ces pratiques n’ont plus rien d’opaque, elles sont même étudiées dans les plus grandes universités, ouvrant la voie à une nouvelle discipline : l’agnotologie, l’étude de la « destruction de la connaissance ».

Il est temps de nous réapproprier la connaissance, de la faire nôtre afin d’enrayer les épidémies de troubles chroniques. A commencer, selon moi, par l’épidémie de troubles du neuro-développement : INJECTER UN NEUROTOXIQUE A UN NOURRISSON EST UN CRIME, UNE PRATIQUE BARBARE QUI DOIT ÊTRE DÉNONCÉE ET STRICTEMENT INTERDITE.

« La plupart des connaissances nécessaires sont maintenant à notre disposition, mais nous ne nous en servons pas »

Rachel Carson, Printemps silencieux

Il ne manque qu’un dernier maillon pour que la chaîne soit complète : une étude précise sur le lien entre aluminium et déclenchement de l’autisme (plausibilité démontrée), afin de dévoiler le mécanisme complet. Pour ce faire, les chercheurs ont besoin de financements. Un projet de financement participatif est en cours, mais en attendant, l’association des victimes de l’aluminium E3M finance comme elle le peut, les études sur ce sujet – c’est notamment grâce à leur grève contre la faim, arrachant un petit budget au ministère de la Santé, que les chercheurs ont pu réaliser l’étude de référence de Khan 2013

Si vous souhaitez aider la recherche, vous pouvez faire un don ici (cocher « pour la recherche ») :

https://www.vaccinssansaluminium.org/faire-un-don/